LE TOMBEAU DE L’OPPOSITION

« le savoir n’est pas fait pour comprendre, il est fait pour trancher »1

Quand François Fillon sort vainqueur de la campagne de la droite et du centre avec comme slogan «Le courage de la vérité, on se demande à quelle vérité il veut bien faire référence, et à quel courage il en appelle.
En reprenant le titre des derniers cours de Michel Foucault, il semble réinstaller la question du «dire vrai» dans la pratique politique pour mettre en avant sa posture d’homme providentiel. Mais en reprenant Foucault, c’est à l’interrogation du rôle du pouvoir qu’il appelle.
Quel instanciation du savoir permettrait de trancher, et quel pouvoir se donnerait le droit de le faire ?
Réinterroger la pratique artistique comme  espace de partage de cette exercice «parrêsiastique» c’est réactiver la capacité à trancher pour créer un art qui reste encore à inventer.

1 Michel Foucault, Nietzsche, la généalogie, l’histoire, dans Jean-François Balaude et Patrick Wotling (dir.), Lectures de Nietzsche, Paris : Livre de Poche, 2000.